Tarifs et questions fréquentes

Quelle est la durée d’une séance? Son prix ?

–  Tarif à la durée : la séance dure en général  une heure, pour un prix de 75€. Prévoir 1 H 30 pour la première séance (110 €). Dans certains cas exceptionnels, par exemple pour la séance d’arrêt du tabac, la séance dure deux heures (150 €). Règlement en chèque ou en espèces

On dit que l’hypnose permet d’arrêter de fumer comme « magiquement » ?

– L’hypnose n’est qu’une aide, en aucun cas elle ne fait tout le boulot.

C’est comme pour tout le reste. C’est par le bouche-à-oreille que je reçois le plus de clients qui veulent arrêter de fumer. Ca marche donc très bien. Mais chacun arrête à sa façon : le plus important c’est ce qui se passe en vous. Beaucoup arrêtent dès la première séance, d’autres ont besoin de travailler  autre chose avant de se décider à arrêter. Nous travaillons cela ensemble à la première séance et c’est vous qui choisissez.

Quel est le nombre de séances pour être efficace en général ?…

Cela dépend complètement de chaque personne,  de ce qu’elle veut comme changement dans sa vie.  Le plus souvent 5 ou 6 Séances suffisent, parfois deux suffisent ou même une seule.

C’est  à la fin de chaque séance,  ou même plus tard, que vous décidez de prendre un nouveau rendez-vous ou pas, selon le résultat déjà obtenu et celui que vous voulez, ou de faire une pause ou d’arrêter.

Paysage nocturne
Nos ressources inconscientes ne sont pas toujours visibles, elles sont là
Aller dans ses paysages intérieurs
Aller dans ses paysages intérieurs

Petits ou grands, parfois invisibles au début, les changements agissent.

C’est votre inconscient qui travaille – le plus souvent sans que vous ayez rien à faire consciemment, si ce n’est décider de le laisser agir.

Est-ce l’hypnothérapeute qui me « guérit » ?
Non. C’est le client lui-même qui se guérit, grâce aux ressources de son inconscient. L’hypnothérapeute ne fait que lui en donner la possibilité en l’accompagnant. Par ailleurs il est important de rappeler que tout ce qui relève de la médecine ets du ressort de votre médecin.

Est-ce que,  pendant l’hypnose, l’hypnothérapeute peut « prendre le contrôle » sur moi ? Pourrait-il me faire agir contre mes propres valeurs, ou me forcer à agir contre mon gré ou à mon insu ?

– La question est légitime : qui voudrait mettre sa liberté, chèrement conquise, entre les mains d’un inconnu ?

La réponse est non : on ne peut pas prendre le contrôle sur le client. Dans le cadre sécurisé et respectueux de l’hypnose ericksonienne, la relation qui s’établit pose clairement que tout ce qui se fera  ne sera fait qu’avec l’accord du client et uniquement au service de ses propres objectifs. C’est pourquoi, toute tentative de lui imposer des actes contraires à ses valeurs ou à ses convictions serait vouée à l’échec car malgré la transe, un « warning » s’allumerait et le ferait sortir de transe. Il existe toujours dans la personne en transe  un « moi observateur » qui veille… De plus, la déontologie de l’hypnothérapeute est très stricte.

Mais en dehors de ce cadre éthique, dans l’hypnose spectacle, l’hypnotiseur ne s’impose aucun cadre éthique et joue parfois à l’apprenti sorcier. Mais il n’y a pas d’exemple où un hypnotiseur ait pu imposer à quiconque des actes contraires à ses valeurs morales. Ceci n’est qu’un mythe littéraire.

C’est le client qui entre lui-même en hypnose, c’est-à- dire qu’il décide, ou pas, de lâcher prise et d’aller dans son monde intérieur.  Le thérapeute ne fait que l’y aider par sa technique d’accompagnement. Il n’en prend jamais le contrôle, car c’est toujours l’hypnotisé qui produit la transe volontairement- ou qui la refuse, c’est sa liberté.

On entend parler d’hypnose ericksonienne, mais qu’est-ce que c’est au juste ? Pouvez-vous en donner une définition précise?

L’hypnose ericksonienne se dit par opposition à la conception autoritaire de l’hypnose qui prévalait avant Milton Erickson.  Dans

Hypnose classique du Professeur Charcot à la Salpétrière
Hypnose classique du Professeur Charcot à la Salpétrière

cette conception autoritaire, on considérait que la personne importante c’était  l’hypnotiseur, c’est lui qui était prééminent, qui avait « le pouvoir ». La personne hypnotisée n’était qu’un sujet passif. On peut rapprocher l’hypnose autoritaire du mythe de l’hypnose tel qu’on le rencontre dans la littérature, dans le cinéma  ou dans « les 7  boules de Cristal » de Tintin.  C’est l’étude de ce point précis qui est à l’origine même de l’hypnose ericksonienne : qui est le plus important, la personne qui hypnotise, ou bien celle  qui est hypnotisée ?

Le premier Mesmer et le
Le premier Mesmer et le « magnétisme animal »

En 1923 et 24, Erickson, alors jeune étudiant, participait à un séminaire sur l’hypnose, organisé à l’université du Wisconsin. De nombreuses discussions eurent lieu, sur le fait de savoir qui était le plus important, la personne hypnotisée ou celle qui hypnotisait. L’opinion communément admise était que la personne hypnotisée était purement passive, et que c’est le guide qui était le plus important. Pourtant un certain nombre de faits semblaient déjà contredire cette thèse, et on en discutait beaucoup : « Les opinions et les interprétations personnelles étant très variées, il était impossible de parvenir à un consensus sur les questions étudiées », souligne Erickson dans un article.

Milton Hyland Erickson dans sa jeunesse
Milton Hyland Erickson dans sa jeunesse

Il  organisa alors, avec la participation de plusieurs dizaines d’étudiants volontaires, plusieurs expériences, qui  l’amenèrent à la conclusion inverse : c’est le sujet qui produit sa propre transe. Ces résultats, qui heurtaient l’opinion couramment admise, ne plurent pas du tout au professeur Hull qui dirigeait le séminaire. Il interdit de continuer ces expériences. Mais Milton Erickson en confirma plus tard les résultats par sa pratique tout au long de sa vie, sur des milliers de gens réels soignés individuellement.  Ces résultats sont à la base de la différence qui fait toute la force de l’hypnose dite Ericksonienne : c’est le client qui développe sa propre transe, et le guide ne fait que s’y adapter, et l’accompagner avec un respect total du monde mental du client, de ses émotions, de ses façons de penser, de ses valeurs. C’est pourquoi l’hypnose ericksonienne,  parce qu’elle est adaptée à chaque individu spécifique, est à la fois plus respectueuse et plus efficace, à l’inverse de l’hypnose directe et autoritaire de l’époque qui cherchait à faire rentrer tout le monde dans le même moule. Du coup, celle-ci a deux grands inconvénients : avec ses méthodes standards, elle parvient à hypnotiser moins de gens ; et quand ils sont hypnotisés, les suggestions autoritaires les empêchent de trouver leurs propres solutions.

Comment expliquez-vous alors que dans le grand public, c’est l’hypnose autoritaire, par exemple l’hypnose spectacle, qui continue à nourrir les peurs et les fantasmes de beaucoup de gens ?

Pourquoi ? Parce que, dans notre société occidentale,  nous vivons

Charcot et l'hypnose
Charcot et l’hypnose

dans un environnement culturel qui survalorise le rationnel, le cerveau gauche, le raisonnement, au détriment de l’intuition, du cerveau droit, du rêve. On survalorise le contrôle du rationnel alors on a peur de perdre le contrôle.Mais c’est justement cet hyper-contrôle du rationnel sur nos vies  qui est à l’origine de beaucoup de nos maux, car nous nous privons des ressources extraordinaires de notre inconscient.

Alors l’hypnose spectacle est une façon de combler ce manque de « cerveau droit », d’irrationnel, dont nous souffrons… cela, en le pimentant d’un soupçon de mystère, de surnaturel, de pouvoir, de pratique maléfique… et en alimentant nos peurs ! Ce que le public va chercher dans l’hypnose spectacle, c’est ni  plus ni moins ce que nous allons chercher dans les autres spectacles, plus « acceptables », au théâtre, au cinéma, ou dans la lecture des polars ou des thrillers : une transe, collective ou individuelle, du frisson, du mystère… Le problème, c’est que cette hypnose spectacle est profondément irrespectueuse du sujet. Et que la peur qu’elle induit, en renforçant les préjugés sur l’hypnose, empêche certaines personnes d’oser venir soulager leurs douleurs ou surmonter des habitudes qui les font souffrir.
 L’hypnose peut elle m’aider à manger juste comme je veux  ?…

– Oui, elle  aide dans les troubles du comportement alimentaire, j’ai personnellement aidé des personnes anorexiques avec l’hypnose. L’une d’elles avait subi entre 13 et 19 ans plusieurs hospitalisations dans un état de grave dénutrition, et elle avait failli mourir lors d’une de ces hospitalisations. Cette jeune étudiante, quand elle est venue me voir, était en détresse. En désespoir de cause, elle me fut envoyée par une amie thérapeute à la suite de l’échec de toutes les thérapies essayées. Cette jeune femme de 19 ans m’expliqua longuement toutes ses tentatives, en milieu hospitalier, avec une nutritionniste, avec un psychologue, un psychanalyste, un psychiatre. Lors des premières séances, elle m’expliqua qu’elle avait une haine d’elle-même, de son corps, et qu’elle était incapable de manger en public, avec des amis…elle allait jusqu’à s’enfermer dans les toilettes publiques pour prendre son repas ! et cela, chaque jour, dès qu’elle était en-dehors de son appartement ou du cercle familial proche. Elle n’osait pas pratiquer les sports qu’elle aimait, ni aller à la plage, et ses projets de vie étaient bloqués par ses paniques. Aujourd’hui, elle mange normalement, vit normalement et a réussi à réaliser des projets très importants pour elle, comme d’aller étudier à l’étranger, projets qui étaient alors rendus impossibles par sa maladie. Mais j’insiste sur le fait que l’hypnose ne saurait dispenser de consultations médicales ni remplacer un suivi médical.
 

Suivre sa pente
Suivre sa pente

 

Puis-je m’auto-hypnotiser ?

– Oui, je peux vous apprendre à pratiquer l’auto-hypnose. C’est un apprentissage. Au début il est plus facile d’être accompagné que de s’hypnotiser soi-même, et plus efficace. Mais l’auto-hypnose peut vous aider puissamment à prolonger les effets bénéfiques ressentis dans votre vie et votre corps, et prendre le relais. Avec une certain entraînement elle devient elle-même très efficace.

 

L’hypnose peut elle soulager la douleur ? …

– Bien sûr, c’est même pour cela que les pompiers alsaciens (à Haguenau) l’utilisent pour calmer des personnes en train d’être désincarcérées, qui ont parfois un membre écrasé. Des douleurs très importantes peuvent ainsi être calmées, y compris dans certains cas en auto-hypnose. La douleur a toujours une part psychique. Des gens qui souffrent viennent me consulter pour la douleur. Des kinés, des médecins, des osteopathes m’envoient des patients en complément de leurs soins, quand ils estiment que le patient a atteint une limite et qu’il convient désormais de traiter la part psychique des causes de la douleur…qui peut alors disparaître, ou devenir acceptable.

Toutefois, il convient auparavant d’avoir consulté un médecin, car la douleur a une fonction très utile, elle vous avertit d’un danger et il ne faut pas négliger cette fonction.  Cette précaution indispensable étant prise, l’hypnose atténue ou supprime la douleur chronique ou même la douleur aigüe, en attendant le traitement de fond, du médecin, du chirurgien, du dentiste.

Retrouver des ressources que l'on a toujours eues
Retrouver des ressources que l’on a toujours eues

L’hypnose peut elle m’aider à arrêter le tabac? …

– Oui, elle peut vous y aider puissamment, si telle est votre volonté, en une à quatre séances. Toutefois, elle ne peut rien faire pour vous si vous ne l’avez pas encore décidé au fond de vous-même, si vous croyez que c’est l’hypnose qui va arrêter à votre place .  C’est vous-même qui pouvez améliorer votre vie, en peu de temps,  grâce à l’aide de l’hypnose.

 Vous êtes aussi formateur, vous apprenez à communiquer par le non-verbal avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Quel est le rapport entre vos deux activités ?

Oui, j’enseigne aux soignants et aux aidants à garder le contact avec le malade, ou à le retrouver. Le point commun entre ces deux activités ? D’abord la philosophie et l’éthique qui les sous-tendent : le respect absolu de la personne malade comme personne. Nous sommes perturbés par la maladie d’Alzheimer. Nous avons tendance à nous en défendre en voulant « raisonner » la personne. Nous avons tendance aussi à la réduire à sa maladie, à ses pertes, à ne plus voir ses capacités restantes, à ne plus voir qu’elle reste une personne et qu’elle cherche à communiquer avec nous. J’apprends aux soignants, aux aidants familiaux (dont je fais partie) à changer leur regard sur la personne, à la voir et à l’accepter comme une personne, à communiquer avec elle, à écouter son message le plus souvent non-verbal.

Ensuite les outils. J‘enseigne des outils efficaces pour communiquer, comprendre le message exprimé par le malade. Ces outils,  je ne les ai pas inventés. Ils sont pratiqués, inventés, adaptés à leurs besoins quotidiens, par des soignants depuis plusieurs dizaines d’années, en institution le plus souvent. A l’origine, ces outils sont issus de la PNL, elle-même issue à 80%, dans les années 70, de l’hypnose ericksonienne. C’est cet enseignement en maison de retraite qui m’a conduit à revenir aux sources et à apprendre l’écoute active de Carl Rogers, la PNL, puis l’hypnose, puis l’approche systémique coopérative…

Les séances d’hypnothérapie sont-elles remboursées ? – Cela dépend de la mutuelle.

Je connais au moins deux mutuelles qui remboursent partiellement les séances d’hypnose: Medinat et la mutuelle Cap Vert.

A condition d’être adhérent de cette mutuelle bien sûr. Et à condition que le praticien en hypnose ait été agréé par cette Mutuelle, c’est-à-dire lui ait produit des titres de compétence suffisants, ce qui est mon cas pour Cap Vert :

Cap-Vert Certificat

Les conditions : être adhérent de cette mutuelle bien sûr.

Selon votre contrat, vous pourrez être remboursé :

  • de 35 € par facture, dans la limite d’un forfait de 210 € par an,
  • ou bien : de 30 € par facture, dans la limite d’un forfait de 180 € par an
  • ou de :  25 € par facture, dans la limite d’un forfait de 125 € par an

Le site de la Mutuelle Cap Vert

Cette mutuelle est une mutuelle classique mais elle rembourse aussi

N° vert de la mutuele Cap-Vert
N° vert de la mutuelle Cap Vert

des thérapies peu remboursées ailleurs : séances de médecines douces, phytothérapie, osteopathie

Il y a aussi Medinat,  partenaire du Syndicat National des Hypnothérapeutes, qui rembourse partiellement les séances d’hypnothérapie. Voir leur site ici

Des clients m’ont dit s’être fait rembourser partiellement par d’autres mutuelles.

Le  Syndicat National des Hypnothérapeutes, dont je suis le Délégué Départemental pour le Bas-Rhin, me permettra de tenir à jour ces informations.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ose l'hypnose !

%d blogueurs aiment cette page :