Résilience et écriture : Boris Cyrulnik

Le dernier livre de Boris Cyrulnik : La nuit, j’écrirai des soleils, un nouvel et bel ode à la résilience, ce concept que Cyrulnik a développé au long de sa vie.

Dans ce nouvel ouvrage il interroge les rapports entre résilience et écriture. Ecrire, c’est remanier par la parole le souvenir traumatique, le retravailler. Primo Levi a choisi de répéter à l’infini son traumatisme en le dénonçant, en choisissant dans ses livres les souvenirs les plus horribles des camps. A l’inverse, nombre d’écrivains retravaillent par l’écriture et mettent ainsi à distance le souvenir traumatique.

Romain Gary, élevé par une mère qui l’enferme dans un amour exclusif, avait tout pour s’enfermer dans une identité étriquée. L’écriture, la création, lui donnent mille identités imaginaires. Ecrire, c’est réécrire son destin.

Interview de Cyrulnik sur France Inter

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s